étal marché ignames

L’igname africaine est un tubercule très apprécié des consommateurs, comme ici sur un marché du sud-Bénin

© IRD - Serge Tostain

L’origine de l’igname africaine décryptée

Mis à jour le 11.06.2019

©

Bloc de texte

Les chercheurs viennent de lever le voile sur l’origine de l’igname africaine, un tubercule aux qualités nutritionnelles et culinaires très appréciées des consommateurs. En s’appuyant sur le séquençage entier du génome et des modèles statistiques, Nora Scarcelli et ses collègues ont établi que l'igname cultivée, Dioscorea rotundata, a été domestiquée à partir d'une espèce forestière autochtone. Ils en déduisent que l'expansion de son agriculture a commencé dans le bassin du fleuve Niger, en Afrique de l’Ouest. Ce résultat (1), conjugué aux découvertes récentes sur les origines du riz africain et du mil, conforte l’hypothèse selon laquelle la région du fleuve Niger a été un berceau majeur de l’agriculture subsaharienne. Les lieux et les techniques à partir desquels ont été domestiquées les principales cultures africaines font en effet encore débat parmi les spécialistes.

©

Bloc de texte

Note :
1.
Nora Scarcelli, Philippe Cubry, Roland Akakpo, Anne-Céline Thuillet, Jude Obidiegwu, Mohamed N. Baco, Emmanuel Otoo, Bonaventure Sonké, Alexandre Dansi, Gustave Djedatin, Cédric Mariac, Marie Couderc, Sandrine Causse, Karine Alix, Hâna Chaïr, Olivier François, Yves Vigouroux. Yam genomics supports West Africa as a major cradle of crop domestication,
Science Advances, 1er mai 2019 ; doi : 
10.1126/sciadv.aaw1947


Contact : Nora Scarcelli


 

Différentes variétés de pois chiche

© ICRISAT

Bloc de texte

La diversité du génome du pois chiche révélée

Les génomes de 429 variétés de pois chiche provenant de 45 pays viennent d’être séquencés par une équipe internationale coordonnée par l’Institut international de recherche sur les cultures des zones tropicales semi-arides (ICRISAT, Inde) avec le soutien du Beijing Genomics Institute de Shenzhen (Chine) et de l’IRD. Ces résultats, publiés dans la revue Nature Genetics le 30 avril, situent l’origine géographique de la domestication de cette légumineuse au Moyen-Orient. Ils ouvrent la voie au développement de variétés plus résistantes au changement climatique.

Lire le communiqué de presse