La perte de stock de langouste liée au changement climatique affectera surtout les régions où le crustacé est actuellement le plus exploité, comme ici aux Caraïbes.

© IRD/Sandrine Ruitton

Menace sur la pêche à la langouste

Mis à jour le 21.02.2019

©

Bloc de texte

Activité économique importante dans de nombreuses régions côtières du globe, la pêche aux langoustes et homards est compromise par le réchauffement des eaux lié à l’effet de serre. En développant des modèles de niche écologique et en utilisant un scénario de changement climatique établi par le GIEC, les scientifiques anticipent l’évolution de la distribution de 125 espèces d’ici à la fin du siècle. Ils montrent que les habitats les plus menacés se situent dans les zones où ces crustacés sont très exploités actuellement. Ainsi les pertes de stock de langoustes seront les plus élevées sur les côtes des Caraïbes, du Brésil, de l’Afrique orientale et de l’Indopacifique, régions où elles sont très pêchées. La migration des homards plus au nord devrait quant à elle impacter les pêcheries américaines et canadiennes.


Note :
Joana Boavida-Portugal, Rui Rosa, Ricardo Calado, Maria Pinto, Inês Boavida-Portugal, Miguel B. Araújo & François Guilhaumon. Climate change impacts on the distribution of coastal lobsters, Marine Biology, décembre 2018 


Contact : François Guilhaumon