Les scientifiques travaillent au sein des écoles pour expérimenter le test salivaire

© Isabelle Morlais / IRD

Un crachat pour freiner le paludisme

Mis à jour le 28.02.2019

©

Bloc de texte

Comment déterminer si une personne est infectée par Plasmodium falciparum, l’agent responsable du paludisme ? Une tâche très difficile car, à certains stades de développement, le parasite ne provoque pas de symptômes et est invisible lors de l’observation au microscope d’une goutte de sang. Une situation qui va peut-être changer grâce aux travaux d’une équipe de chercheurs à laquelle l’IRD est associé. Elle vient de mettre au point un test salivaire détectant une protéine exprimée par les gamétocytes (stades sexués) de P. falciparum(1). Bien qu’asymptomatique chez un être humain, le parasite à ce stade constitue un réservoir de la maladie : il peut se développer chez le moustique et être transmis à d’autres individus.

P.falciparum, l'agent du paludisme, est transmis par les moustiques femelles Anophèle.

© IRD - Nil Rahola

Bloc de texte

 

Lors d’une première expérimentation, 364 enfants en âge scolaire, au Cameroun et en Zambie, ont donné leur salive en crachant dans de petits tubes, un mode de prélèvement non invasif et souvent pris comme un jeu. Les chercheurs ont pu identifier parmi eux les porteurs asymptomatiques du paludisme et leur administrer un traitement curatif précoce. L’objectif est de les soigner et de limiter la transmission du parasite, un enjeu de taille dans ces régions où la prévalence de la maladie est importante : plus de 50% des enfants scolarisés y sont porteurs asymptomatiques. De nouvelles expérimentations seront réalisées en 2019 afin de mettre au point et valider un prototype du test salivaire qui pourrait être déployé à plus grande échelle en Afrique centrale en 2020.


Note :
Dingyin Tao, Brent McGill, Timothy Hamerly, Tamaki Kobayashi, Prachi Khare, Amanda Dziedzic, Tomasz Leski, Andrew Holtz, Bruce Shull, Anne E. Jedlicka, Andrew Walzer, Paul D. Slowey, Christopher C. Slowey, Sandrine E. Nsango, David A. Stenger, Mike Chaponda, Modest Mulenga, Kathryn H. Jacobsen, David J. Sullivan, Sadie J. Ryan, Rashid Ansumana, William J. Moss, Isabelle Morlais, Rhoel R. Dinglasan. A saliva-based rapid test to quantify the infectious subclinical malaria parasite reservoir, Science Translational Medicine, 2 janvier 2019

Contact : isabelle.morlais@ird.fr