mer ciel nuageux

Les données sur les courants et vents à méso-échelle doivent être intégrées dans les modèles océaniques et climatiques.

© IRD - Alexandre Ganachaud

Vents et courants régionaux contrôlent les circulations océaniques majeures

Mis à jour le 02.05.2019

©

Bloc de texte

Le rôle des interactions à méso-échelle (10-250 km), entre océan et atmosphère, sur la dynamique océanique et le climat a été sous-estimé jusqu’à présent. Une étude(1) établit ainsi que le couplage entre les courants marins de surface et le vent à cette échelle intermédiaire contrôle le fonctionnement des plus puissantes circulations océaniques que sont les courants de bord ouest. Ceux-ci représentent une composante importante du climat. Il est donc essentiel de comprendre leur équilibre, leur variabilité et leur tendance.
Ces travaux menés par Lionel Renault, océanographe physique au Laboratoire d’études en géophysique et océanographie spatiales à Toulouse, démontrent que les interactions mécaniques et thermiques régionales, entre vents et courants marins de surface, réduisent beaucoup l’influence des interactions entre tourbillons et circulations océaniques à grande échelle sur les courants de bord ouest.
Concrètement, ces résultats plaident en faveur d’une intégration systématique des données sur les interactions océan-atmosphère à méso-échelle dans les modèles océaniques et dans les modèles climatiques.


Notes :
1. Lionel Renault, Patrick Marchesiello, Sebastien Masson & Jim McWilliams. Remarkable Control of Western Boundary Currents by Eddy Killing, a Mechanical AirSea Coupling Process, Geophysical Research Letters, 4 mars 2019


Contact : Lionel Renault