Le bas de cette couverture latéritique (Kaya, Burkina Faso) correspond à une latérite issue de l'altération in situ de la roche sous-jacente. Le haut est constitué de matériaux latéritiques remaniés et transportés sans lien avec le substrat géologique.

© IRD - Dominique Chardon

Cartographier les latérites pour un meilleur accès aux ressources du sous-sol

Sommaire

J'aime

1

Mis à jour le 19.11.2020

Issues du lessivage des roches, les latérites – ou régolites - constituent les couvertures de terre rouge caractéristiques de la ceinture tropicale. Elles peuvent être présentes in situ sur les roches dont elles dérivent par altération ou avoir été transportées et présenter, dans tous les cas, une chimie modifiée par rapport à celle de la roche. Or, l’exploration géologique repose essentiellement sur l’échantillonnage de surface. Le but est de détecter les anomalies géochimiques produites par des corps minéralisés profonds à travers les couvertures de latérites. Ces dernières sont donc un frein majeur à la connaissance du sous-sol et à l’accès à ses ressources.
La jeune équipe associée à l’IRD (JEAI) FasoLith vient de mettre au point le premier protocole de cartographie du régolite ouest-africain sur un cas d’étude emblématique situé au centre du Burkina Faso. Ce protocole met notamment l’accent sur le caractère in situ ou transporté du régolite, qui est classé en fonction de son degré de dépendance vis-à-vis des roches sous-jacentes. Il fournit des guides pour l’identification de concentrations métalliques dans le régolite, la planification raisonnée de campagnes d’échantillonnage et l’interprétation d’anomalies géochimiques détectées en surface.
Ce mode de cartographie est transposable au reste de l’Afrique et à la ceinture tropicale en général. Il constitue un outil renouvelé d’investigation pour les acteurs académiques, institutionnels et économiques pour la connaissance de l’environnement tropical et ses enjeux fondamentaux ou appliqués. 

© IRD

Regarder la vidéo "Le secret du régolite"

JEAI FasoLith

La JEAI FasoLith (Géodynamique intégrée d’une portion de lithosphère cratonique) a pour objet la compréhension de la dynamique d’une portion de lithosphère ouest africaine et de ses liens avec la mobilité des ressources géologiques. La stratégie transdisciplinaire du projet vise à cibler des processus clefs intervenant dans chacune des trois portions du cycle des ressources : processus intracrustaux, remaniements sédimentaires et dissémination récente de surface. Les cibles géologiques de référence retenues pour les investigations sont choisies au Burkina Faso, qui fournit un exemple type de province métallogénique de la ceinture tropicale, tant du point de vue fondamental que du point de vue des enjeux de développement qu’elle représente pour les sciences de la Terre.

 

Partenaires : IRD (France)/Université Joseph Ki-Zerbo de Ouagadougou (Burkina Faso)/CNRS (France)/Cnes (France)/Université Toulouse III- Paul Sabatier (France)