Santé

6 résultats

Affiner votre recherche

6 résultats

Vue aérienne de la mine aurifère de Yaou, située à 12 km au nord-est de la ville de Maripasoula et 230 km au sud-ouest de Cayenne, en Guyane française

Quand l’extraction de l’or fait proliférer des bactéries dévoreuses de chair

Comment l’ulcère de Buruli, une maladie tropicale handicapante due à une bactérie mangeuse de chair, affecte les populations des pays pollués par les exploitations minières à ciel ouvert ? Rodolphe Gozlan, écologue à l'IRD, livre son analyse.

Vietnam : une urbanisation trop propice aux césariennes ?

La dernière enquête nationale à indicateurs multiples ? Méthodologie de l’Unicef pour suivre l’évolution de la situation des enfants et des femmes dans un pays réalisée au Vietnam révèle que le taux moyen de césarienne atteint près de 30 % des naissances. Une étude approfondie de ces données par des...
Culture de mil sanio plein champ

Sahel : retour réussi d’une ancienne variété de mil

Pendant 25 ans, le sanio avait quasiment disparu des champs du Sahel sénégalais. À la faveur du retour des pluies dans cette région, cette variété de mil est de plus en plus cultivée. Preuve que les agriculteurs sénégalais sont conscients des variations climatiques et peuvent s'y adapter.

VIH : les enfants du Sénégal face au défi des résistances

Au Sénégal, en dehors de Dakar, près de deux tiers des enfants infectés par le VIH sont en situation d'échec thérapeutique, échec qui fait le lit des résistances aux traitements. Bien que des solutions existent, elles sont difficiles à mettre à en œuvre à l’échelle du pays.

Les sciences participatives, une démarche incontournable

Sujet
Recherche interventionnelle, recherche-action, science citoyenne ou boutique des sciences… Les sciences participatives répondent à plusieurs noms, reflets des différents niveaux d’implication des citoyens et des chercheurs. Mais elles ont un objectif commun : aider à une application concrète de la...

Le virus Ebola ne rend pas toujours malade

Le virus Ebola ne rend pas systématiquement gravement malade. Pour preuve, en Guinée, 4 % des personnes en contact avec le virus pendant l’épidémie de 2013-2016 n’ont pas développé la maladie. Abdoulaye Touré , co-directeur du laboratoire mixte international RESPIRE et directeur de l'Institut...