Santé

5 résultats

Humains et singes : des vers intestinaux en partage

Au Cameroun et au Gabon, une étude vient de mettre en lumière la présence importante d'helminthes, des vers intestinaux, dans les fèces de plus de 300 gorilles, chimpanzés et petits singes. Les primates non humains pourraient constituer ainsi un réservoir de ces vers qui provoquent des helminthiases...

Covid-19 en RDC : un niveau finalement élevé de contamination

Une étude montre qu’en République Démocratique du Congo (RDC), la diffusion du Sars-CoV-2 durant la première vague a été importante. Bien plus importante que ce que ne laissait entrevoir le nombre de cas rapporté officiellement. Cependant, l’impact du virus sur la santé des personnes vivant en RDC...
Personnages en dessin animé, au premier plan un jeune homme semble s'adresser à la caméra, derrière deux jeunes hommes en tenue de bain se font face sur un paysage de plage.

Sexe entre hommes en Afrique : de la PrEP contre le sida !

Une étude scientifique ouest-africaine démontre l’intérêt de la prophylaxie préexposition chez les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes, pour réduire le risque d’infection par le VIH. Certains pays de la région ont d’ores et déjà intégré ces résultats dans leur politique nationale de...
Aquarelle représentant un moustique aux formes très légères et étirées, avec de très longues paries de pattes, des ailes transparentes.

La génétique hors norme des super-vecteurs africains du paludisme

La biologie de l’évolution révèle comment la formidable diversité génétique des moustiques africains, alliée à une capacité d’hybridation entre espèces, a favorisé leur rôle délétère dans la transmission du paludisme.

Le virus de la dengue manipule les phospholipides

En croisant leurs compétences en infectiologie et en métabolomique, des chercheurs sont parvenus à décrire comment, lorsqu’il infecte les moustiques du genre Aedes, le virus de la dengue modifie les voies de production des phospholipides, des molécules constitutives des membranes des cellules.