Santé

6 résultats

Dengue : un virus très manipulateur

Les travaux de scientifiques français et singapouriens révèlent la surprenante influence du virus de la dengue sur le comportement des moustiques qui transmettent cette maladie aux humains. Ces résultats éclairent des mécanismes épidémiologiques méconnus et pourraient permettre d’affiner les...

Le virus de la dengue manipule les phospholipides

En croisant leurs compétences en infectiologie et en métabolomique, des chercheurs sont parvenus à décrire comment, lorsqu’il infecte les moustiques du genre Aedes, le virus de la dengue modifie les voies de production des phospholipides, des molécules constitutives des membranes des cellules.
Coronavirus

Covid-19 : la nécessaire stratégie One Health

Si la pandémie se poursuit, le risque que d’autres animaux se trouvent infectés par le Sars-Cov-2 augmentera, multipliant les possibilités de mutation du virus et la probabilité que les animaux participent un jour à la propagation du virus. La lutte contre le coronavirus passe donc par une approche...
Photo en microscopie électronique évoquant un peu un amas de morilles...

Microbiote, IA et diagnostic médical

Les spécialistes des systèmes complexes ont développé une intelligence artificielle s’inspirant du fonctionnement des écosystèmes, dédiée à l’analyse du métagénome du microbiote. Cette approche originale donne des résultats prometteurs en matière de diagnostic médical et elle pourrait être étendue...

Empreinte de l’orpaillage dans les eaux guyanaises

Une étude menée dans un bassin guyanais où sont installées des mines d’or artisanales montre la présence de mercure liée à ces activités dans l’environnement, ainsi que l’imprégnation des poissons piscivores et des communautés natives qui s’en nourrissent. Des résultats importants et novateurs pour...
aedes-aegypti-le-vecteur-de-chikungunya-dans-les-caraibes

Chikungunya et Twitter en Martinique

Pour la première fois, les scientifiques ont utilisé l’analyse des médias sociaux pour étudier la dynamique d’une épidémie de Chikungunya. Le résultat établit les tenants comportementaux de l’épidémie martiniquaise de 2014 et éclaire les mécanismes de propagation de cette pathologie émergente.