Santé

7 résultats

Affiner votre recherche

7 résultats

Paludisme à P. vivax : un test rapide efficace pour adapter le traitement

Les défis de l’explosion urbaine subsaharienne

Les villes d’Afrique subsaharienne connaissent actuellement une croissance sans précédent dans l’histoire de l’humanité, par son ampleur et sa vitesse. Cette région du continent, très rurale jusqu’ici, est en passe de devenir majoritairement urbaine. Des villes, petites, moyennes et grandes, voient...
digue-d-atar

Paludisme : P. vivax détecté dans l’oasis Atar

Pour la première fois, la présence du parasite Plasmodium vivax est confirmée à Atar, dans le nord de la Mauritanie : il est même responsable de la majorité des cas de paludisme. Il est ainsi crucial de lutter pour éviter toute épidémie, non seulement en Mauritanie, mais aussi en Afrique du Nord....
ombriere-yaounde-cameroun

Canopée artificielle pour orchidées africaines

Un système de culture original permet aux scientifiques d’améliorer leurs connaissances sur les orchidées africaines. En s’appuyant sur cet outil, une récente étude remet en cause les classifications antérieures et révèle l’existence de deux nouveaux genres et de plusieurs nouvelles espèces.
fruits-en-grappe-du-raisinier

Une symbiose indéfectible

Des recherches menées autour de l’introduction d’un arbre des milieux extrêmes dans les dunes du Sénégal montrent la solidité de son association avec un champignon. Celui-ci parvient naturellement à l’accompagner depuis son milieu d’origine, de l’autre côté de l’Atlantique.

Ces lipides qui boostent les symbioses

Entre certaines légumineuses et bactéries, c’est la symbiose ! À l’abri dans leurs racines, ces dernières augmentent le rendement de la culture de ces plantes. À cette fin, les bactéries capables de produire des molécules lipidiques baptisées hopanoïdes, offriraient un réel avantage.
glacier-deyeuxia-palcoco

Le réchauffement distance les plantes d’altitude

Les résultats de recherches menées dans les Andes sur les écosystèmes d’altitude confrontés au réchauffement climatique sont alarmants. Démentant les mécanismes naturels d’adaptation, les plantes tardent à coloniser les espaces supérieurs laissés libres par la fonte des glaciers.