Santé

6 résultats

Affiner votre recherche

6 résultats

Avec la hausse des températures, l’aquaculture bientôt un point chaud de l’antibiorésistance ?

L’antibiorésistance, c’est-à-dire l’émergence de bactéries résistantes aux antibiotiques, constitue un problème mondial majeur qui tue chaque année plus de 700 000 personnes dans le monde. En 2050, les spécialistes prévoient qu’elle pourrait faire jusqu’à 10 millions de victimes par an.

Santé végétale : vers un réseau de surveillance mondial ?

Inspiré par la façon dont les pays collaborent pour détecter et enrayer les pandémies humaines, un groupe d’experts en santé végétale propose la mise en place d’un système mondial de surveillance (SMS) des maladies des cultures. Parmi eux, Valérie Verdier, directrice du département ECOBIO, et de l...

Les défis de l’explosion urbaine subsaharienne

Les villes d’Afrique subsaharienne connaissent actuellement une croissance sans précédent dans l’histoire de l’humanité, par son ampleur et sa vitesse. Cette région du continent, très rurale jusqu’ici, est en passe de devenir majoritairement urbaine. Des villes, petites, moyennes et grandes, voient...

Empreinte de l’orpaillage dans les eaux guyanaises

Une étude menée dans un bassin guyanais où sont installées des mines d’or artisanales montre la présence de mercure liée à ces activités dans l’environnement, ainsi que l’imprégnation des poissons piscivores et des communautés natives qui s’en nourrissent. Des résultats importants et novateurs pour...

Ces lipides qui boostent les symbioses

Entre certaines légumineuses et bactéries, c’est la symbiose ! À l’abri dans leurs racines, ces dernières augmentent le rendement de la culture de ces plantes. À cette fin, les bactéries capables de produire des molécules lipidiques baptisées hopanoïdes, offriraient un réel avantage.
glacier-deyeuxia-palcoco

Le réchauffement distance les plantes d’altitude

Les résultats de recherches menées dans les Andes sur les écosystèmes d’altitude confrontés au réchauffement climatique sont alarmants. Démentant les mécanismes naturels d’adaptation, les plantes tardent à coloniser les espaces supérieurs laissés libres par la fonte des glaciers.