Afrique

6 résultats

Quentin Bletery : de l’IA pour prévoir tsunamis et séismes

Quentin Bletery, jeune géophysicien à l’IRD, vient d’être distingué par le Conseil européen de la recherche - European Research Council (ERC). Un budget de 1,5 millions d’euros a ainsi été alloué à ses projets de recherches, visant à mettre l’intelligence artificielle au service de la sismologie, au...
Groupe de femmes africaines galvanisées par la prière, presque en transe.

Recompositions religieuses au Sud 

À l’opposé de théories simplistes, décrivant un paysage géopolitique et religieux binaire, voué à l’affrontement d’un Sud musulman et d’un Nord chrétien, les travaux des scientifiques de l’IRD et de leurs partenaires révèlent une situation infiniment plus contrastée. Ils montrent des dynamiques...
erosion-cotiere-au-senegal

Rapport du GIEC : atténuation et adaptation pour la transition africaine

Le 8 octobre, les experts du Groupe intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) ont rendu un rapport spécial auquel a participé Arona Diedhiou, climatologue et physicien de l’atmosphère au sein de l'UMR IGE. Le chercheur revient sur cette expérience, et sur le contenu du rapport, à savoir...

La force des communs, leur dimension pluridisciplinaire

Que sont « les communs » et « les biens communs » ? Ces notions intéressent désormais les domaines de la culture, de la protection de l’environnement, de l’urbanisme, de la santé, de l’innovation, du travail, de la science, etc. Fabienne Orsi, économiste à l’IRD, a codirigé un dictionnaire sur ce...
La vulnérabilité des zones littorales intertropicales

La vulnérabilité des zones littorales intertropicales

L’Académie des sciences vient de publier un numéro thématique spécial, consacré à la vulnérabilité des zones littorales intertropicales. Coordonné par Isabelle Manighetti, chercheuse à l’IRD et directrice adjointe du laboratoire Géoazur, ce numéro mobilise de nombreux chercheurs et partenaires de l...
pollution-aerosols

L’impact sanitaire des bioaérosols

Des recherches mettent en lumière le rôle jusqu'ici peu connu des particules fines d'origine biologique dans la pollution atmosphérique. Certaines peuvent renforcer ou diminuer l’impact sanitaire des polluants chimiques. Leur prise en compte, dans l'évaluation de la qualité de l'air, s'impose.