Afrique

7 résultats

Affiner votre recherche

7 résultats

Dans l'océan, près d'un fond sableux, un coelacanthe de bonne taille fait face à un plengeur.

Le cœlacanthe nouveau est arrivé ?

Les travaux de scientifiques indonésiens et français ont permis d’identifier une probable nouvelle espèce de cœlacanthe, et d’éclairer les mécanismes biogéographiques à l’origine de la divergence entre les populations déjà connues. L’histoire de l’évolution de ce groupe de poissons, vraisemblable...

Les défis de l’explosion urbaine subsaharienne

Les villes d’Afrique subsaharienne connaissent actuellement une croissance sans précédent dans l’histoire de l’humanité, par son ampleur et sa vitesse. Cette région du continent, très rurale jusqu’ici, est en passe de devenir majoritairement urbaine. Des villes, petites, moyennes et grandes, voient...

Yunne Shin : chercheuse, mère et citoyenne

Biologiste marin au laboratoire Biodiversité marine, exploitation et conservation (MARBEC), Yunne Shin a participé à l’évaluation mondiale sur la biodiversité et les services écosystémiques, dont la synthèse a été présentée lors de la 7e session de la Plateforme intergouvernementale scientifique et...

Menace sur la pêche à la langouste

Sortir de la pauvreté : microcrédit ou don sans contrepartie ?

Sujet
Lors de l’année internationale du microcrédit en 2005, la Banque mondiale présentait celui-ci comme un outil efficace contre la misère et la faim. 13 ans plus tard, qu’en est-il ? Sort-on de la pauvreté par le microcrédit ? Si non, quelles en sont les lacunes : dans sa mise en œuvre, son usage ou la...
black-bass

La biodiversité des poissons d’eau douce bouleversée

En quelques siècles, 15 % de nouvelles espèces de poissons ont été introduites par l’Homme dans les fleuves et rivières à travers le monde. Des chercheurs ont découvert que ces introductions modifiaient l’écosystème de manière beaucoup plus importante que prévu.
banc-de-poissons

Des indicateurs harmonisés pour la santé des océans

Un groupe international d’experts des écosystèmes marins vient d’identifier les principales données biologiques à mesurer pour établir et suivre l’état de l’océan. La standardisation de ces variables vise à obtenir des observations utilisables à l’échelle globale et accessibles à tous.